Belle gueule de bois, Pierre DESCHAVANNES

« Lorsque mes parents se sont séparés, mes deux soeurs et moi sommes d’abord allés vivre chez ma mère. On ne voyait mon père qu’un week-end sur deux. Et j’ai très vite éprouvé un manque. J’ai donc décidé de m’installer chez lui dans sa petite maison perdue dans la montagne. Plus que son affection, c’est sa présence physique qui me manquait. Je crois qu’une mère se porte dans le coeur et un père dans les tripes. »

9782812606823FS

 

C’est l’histoire de la vie de Pierre. Comme un journal, ce roman est construit à la première personne. Nous sommes dans la peau d’un jeune homme, fils d’un alcoolique notoire. Ses parents se sont séparés parce que son père avait la main lourde sur la bouteille. Aujourd’hui, il vit avec lui et n’aspire qu’à la liberté et au vagabondage. Son rêve ? Vivre de rien dans les forêts, caché du monde civilisé. 
Son père, il l’aime. Et pourtant, il lui arrive d’avoir honte de lui, il lui arrive de lui piquer ses bouteilles pour les cacher en pleine nature ou les vider dans l’évier quand il estime qu’il a trop bu. C’est cet amour qu’il a sur la patate et qu’il partage avec nous. C’est ce sentiment de solitude face à un homme qui tangue et tremble lorsqu’il doit tenir une cuillère pour manger sa soupe. 

Pierre se retrouve face à lui-même, et ce roman pourrait être un appel au secours lancé dans les méandres du monde. Qui l’entendra, qui lui tendra la main ?

« Je me trouve dans la cuisine ce matin-là, à scruter le ciel, lorsque mon père se réveille. Quand il se lève, on a l’impression que la maison va s’écrouler, le vacarme qu’il produit est à peine croyable. Il se cogne contre les murs tout en crachant ses poumons de gros fumeur, parfois il tombe à cause de la cuite de la veille, il lâche une galette dans le lavabo et ensuite va se vider la vessie tout en lâchant un bon gros pet. Je peux vous dire qu’après ça je suis d’attaque. » 

Partez pour quelques pages dans un esprit dur et touchant. Immergez-vous dans la peau d’un enfant blessé qui ne sait plus comment faire pour faire entendre raison à ceux qu’il aime. 
L’écriture est poignante, les confidences d’or. De plus, quelques illustrations aux traits grossiers et noirs sorti tout droit des tripes de Pierre parsèment le roman, tantôt d’espoir, tantôt de tendresse, tantôt de fatalité. 
Un roman qui se déguste mieux qu’un bon bourbon.

 

Ouvrage disponible aux éditions du Rouergue dans la collection Doado depuis Août 2014.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :