Humains, Matt HAIG

« Je pense beaucoup, ces derniers temps, à l’endroit d’où nous venons, vous et moi.
Là d’où nous venons, il n’y a pas d’illusions réconfortantes, pas de religions, pas de fiction impossible.
Là d’où nous venons, il n’y a ni amour ni haine. Il y a la pureté de la raison.
Là d’où nous venons, il n’y a pas de crimes passionnels, parce qu’il n’y a pas de passion.

Là d’où nous venons, il n’y a pas de noms, pas de familles vivant ensemble, pas de maris ni d’épouses, pas d’adolescents maussades, pas de fous.
Là d’où nous venons, nous avons résolu le problème de la peur parce que nous avons résolu le problème de la mort. »

humains

C’est ainsi qu’à la façon d’un Gurb sous la plume de Mendoza né un Andrew Martin sous la plume de Matt HAIG. Andrew Martin est un très grand mathématicien qui recherche depuis des années le secret des nombres premiers. Et il n’est ni le seul, ni le premier à vouloir résoudre cette équation difficile. Dans la vie de tous les jours, il est maussade, il ignore sa famille. Il navigue dans sa carcasse de métal entre la maison et la fac où il donne quelques cours. Il a une vie d’adulte qualifiable de rangée et normale. Seulement voilà, il s’apprête à être multi millionnaire.
Andrew Martin a résolu l’énigme des nombres premiers et lorsqu’il la démontrera devant l’humanité entière, il se verra remis un chéque. Seulement Andrex Martin ne connaît pas toutes les répercussions d’un tel apprentissage pour le cerveau humain. C’est pourquoi un groupuscule vivant sur une planète à plusieurs milliards d’années lumières décide d’agir !

Andrew Martin doit mourir. Et c’est un extraterrestre qui va prendre sa place afin d’éliminer tous ceux qui sont au courant de sa découverte.

C’est alors que le roman débute. Et il est fort, il est bon. Un roman qui met le lecteur face à sa condition d’humain. Cet être venu d’ailleurs et qui n’a pas de nom voit toutes les imperfections de l’humanité. Il en a déjà beaucoup entendu parler, mais il ne pensait pas que les humains pouvaient être si laids, et si bêtes.
A tendance philosophique sur la vie, l’univers, et la loyauté, ce roman porte une réelle maturité au genre. Nous nous retrouvons dans le journal d’un extraterrestre qui ne nous aime pas. Qui est prêt à tout pour éliminer la connaissance mathématique et qui est bien plus évolué que nous.

Nous retrouvons dans ce roman, comme préciser plus haut, l’humour de Mendoza avec Sans nouvelles de Gurb. Mais nous retrouvons aussi les thèmes chers à Roland TOPOR et à Roman POLANSKI. Notamment dans le livre Le Locataire Chimérique où un homme, qui pense être manipulé, devient ce qu’il n’est pas malgré lui. Dans une ambiance d’angoisse, entre thriller et anticipation, on retrouve un monde très avancé au coeur même de notre monde contemporain.

 

Un coup de maître de la part de Matt HAIG !

 

Ouvrage disponible aux éditions hélium à partir du 20 Août 2014.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :