Banksy et moi, Elise FONTENAILLE

« Il faisait beau, c’était propre et joyeux, on se serait cru dans un film de Kusturica – Le temps des Gitans, Chat noir, Chat blanc… Ça avait l’air irréel, un décor de ciné, pourtant ici des gens vivaient, on croisait des vieux, des jeunes, des femmes, des enfants : un vrai village, sous l’autoroute… »

9782812606618FS

Darwin est un jeune qui vit dans un quartier « chaud », dans une cité, au milieu du béton, des déconstructions et des reconstructions. Le problème est la destruction des vieux bâtiments pour créer à la place de nouveaux immeubles destinés aux riches…
Le jeune homme grandit alors au milieu des expulsions et de la violence. En face de sa fenêtre un énorme mur de brique qui empêche de laisser entrer la lumière, et sa mère qui n’est pas là.
Sa mère, elle est chauffeur de taxi la nuit. Donc elle dort toute la journée, et rien ne peut la réveiller.
Son père ? Il est absent depuis son plus jeune âge. Il ne l’a d’ailleurs jamais connu.

Darwin est animé par la beauté de sa camarade, Éva, une princesse vivant tout en haut d’un château… D’eau.
Depuis leur rencontre ils passent de plus en plus de temps ensemble. Elle l’aide à s’émanciper, à grandir, elle qui a connu l’indépendance bien trop rapidement et refuse d’entendre parler de la DAAS.

Un jour, une lueur d’espoir. Sur le mur de briques qui obstrue la lumière dans l’appartement de Darwin un dessin merveilleux. Un dessin qui dénonce, un dessin qui propose un peu d’espoir et qui met les bourreaux face à eux-mêmes.
Le beau père de notre héros semble y voir le trait de Banksy. Commence alors une véritable aventure entre Darwin et Éva qui veulent le croiser, et surtout, suivre son exemple. C’est ainsi qu’ils se retrouveront dans les sous-terrains de la ville, qu’ils se feront pourchasser, et qu’ils crieront leur désaccord avec le monde.

 

Banksy et moi est un bon roman presque biographique. On y apprend pour une première découverte pas mal de choses sur le taggeur, et notamment sur son esprit rebelle. Il a des choses à dire au monde et son expression est picturale. Personne n’a jamais vu son visage. Un mystère bienfaisant l’englobe. Il semblerait que là où il y a un de ses dessins plus rien ne peut arriver…
Elise FONTENAILLE répercute avec force cette ambiance puissante et parfois cruelle. Elle ne fait pas non plus de la cité un stéréotype. Tout est maîtrisé, et elle n’en fait jamais trop.

C’est un roman chaudement recommandé.

 

Ouvrage disponible aux éditions du Rouergue depuis Mai 2014.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

2 responses to “Banksy et moi, Elise FONTENAILLE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :