Le Mont Analogue, une drôle d’ascension !

« […] Prenez un autre type d’enchaînement :
1) le bouledogue est un chien ; 2) les chiens sont des mammifères ; 3) les mammifères sont des vertébrés ; 4) les vertébrés sont des animaux… ; je vais plus loin : les animaux sont des êtres vivants – mais voilà, j’ai déjà oublié le bouledogue ; si je me rappelle « bouledogue », j’oublie « vertébrés »… Dans tous les ordres de successions ou de division logiques, vous constaterez le même phénomène. Voilà pourquoi nous prenons constamment l’accident pour la substance, l’effet pour la cause, le moyen pour la fin, notre bateau pour une habitation permanente, cotre corps ou notre intellect pour nous-même, et nous-même pour une chose éternelle. »

mont analogue

Le Mont Analogue. Belle invention presque scientifique du grand René DAUMAL.
Invention qui n’en est plus une quand on y croit dur comme fer. Et c’est ainsi que René DAUMAL donne vie à huit personnages en quête d’aventure. Ensemble, ils vont braver les dangers de l’océan pour trouver ce mont qui les rapprochera des nuages.

Le Mont Analogue est une montagne bien plus haute que l’Everest. Seulement nous ne l’avons encore jamais vu… Et savez-vous pourquoi ?
Avec des théories farfelues auxquelles nous nous laissons tenter, l’auteur nous mène en bateau. Et il n’y a aucun doute : le capitaine, c’est lui. On a envie de le suivre, on ne peut s’empêcher de croire en cette féerie… Qui n’en est peut-être pas une.

L’expédition est rudement menée par Pierre SOGOL, un inventeur de choses dites « impossibles », qui s’intéresse à tout ce qui semble saugrenue, sort d’une secte, et donne quelques cours d’escalades de temps en temps pour gagner un peu d’argent. Il est persuadé que le Mont existe, et il pense être le seul, jusqu’à ce qu’il tombe sur l’article de notre narrateur : Théodore. Il décide de lui écrire pour lui proposer l’aventure et sait qu’à deux ils pourront en convaincre d’autres de les accompagner.
Se mêlent alors théorie sociologique et comportementale, philosophie, théologie, absurdités, cynisme et surtout surréalisme pour créer un roman inachevé d’une centaine de pages aux allures de chef-d-oeuvre.

Nous voilà parti pour l’aventure, à la recherche du Mont Analogue et de ses légendes. Bien sûr, toute expédition à son lot de catastrophes… Et chaque personnage à sa personnalité bien rodée. Du médecin à celui qui a un plein garde manger dans le sac à dos en passant par le littérateur poète et la bonne femme qui ne peint que des sommets. Je vous en passe, et des meilleures, pour vous laisser tout loisir de la découverte, et tout plaisir de la lecture.

 
L’écriture est forte, chaque phrase à son sens propre et le sens qu’on peut lui donner. Chaque respiration a son effet, chaque mot est une motivation à aller toujours plus loin.
Ecrit dans les années quarante, ce roman est l’illustration du surréalisme. On est en plein dans cette période de guerre, René DAUMAL est obligé de quitter sa région à cause des origines de sa femme. Ensemble ils se perdent, se comprennent, et s’aiment à l’abris des regards. René DAUMAL apprend rapidement qu’il est malade, et que c’est incurable. Il met prés de cinq ans à écrire ce roman inachevé et nous laisse sur notre faim. Cependant sa pensée perdure par le schéma de son récit qui aurait dû comporter sept chapitres (au lieu de cinq) et ses autres écrits sur le thème de l’alpinisme. Le Mont Analogue semblait lui tenir à cœur depuis longtemps puisqu’il en avait déjà parlé avant de commencer son écriture…

Lire ce chef-d-oeuvre inachevé n’est pas une frustration, mais un réel éclat pétillant qui ouvre plein de portes jamais refermées.
Comme le disait René DAUMAL,

« On ne peut pas rester toujours sur les sommets. Il faut redescendre…
A quoi bon, alors ? Voici : le haut connaît le bas, le bas ne connaît pas le haut. En montant, note bien toutes les difficultés de ton chemin ; tant que tu montes, tu peux les voir. A la descente, tu ne les verras plus, mais tu sauras qu’elles sont là, si tu les as bien observées. 
Il y a un art de se diriger dans les basses régions, par le souvenir de ce qu’on a vu lorsqu’on était plus haut. Quand on ne peut plus voir, on peut du moins encore savoir. »

L’ouvrage est disponible depuis Juin 2006 aux éditions Gallimard collection L’Imaginaire. Publié pour la première fois en 1952, avec son édition définitive en 1981.

Prenez maintenant un collectif Lyonnais. Quelques auteurs BD qui ont l’air de plutôt bien s’entendre. Tous ont lu le Mont Analogue de René DAUMAL et ils décident ensemble de l’exploiter dans leur fanzine, Arbitraire (numéro douze), sous le titre de Le Mont Eugolana !

Arbitraire12_01

Et oui, quand je vous disais qu’un chef-d-oeuvre inachevé ouvrait des portes, vous voyez…

Ensemble, donc, ils ont choisi de créer l’ascension du Mont Analogue en se mettant, tel des OuBaPiens, quelques règles et embûches. Vous imaginez bien que l’ascension n’est pas de tout repos…

Nous voilà parti avec quelques personnages communs à tous et pourtant bien délurés. Nous avons un alpiniste de haut niveau, un secouriste, une psychologue peintre, un cuisinier, un médiateur et un blagueur… Nous retrouvons les personnages de DAUMEL avec un angle plus neuf, plus déjanté.
Ils vont se retrouver face à quelques péripéties de haut-vol, comme par exemple tomber sur un cadavre, un éboulement de la montagne, une agression d’un animal, des plantes rares, une folie qui guette, des changements climatiques…
Tant d’idées piochées au hasard dans un grand chapeau pour donner vie à un texte et une illustration hors du commun. Six auteurs se sont prêtés au jeu pour nous faire découvrir la face obscure du Mont Analogue.
Réussiront-ils à rencontrer Dieu une fois en haut ? Tant de suspens que c’en est insoutenable !

Saluons l’idée géniale de ce fanzine. Le lecteur se retrouve perdu dans des pages au sens de lecture semblable à l’ascension d’une montagne. Tout se lit de bas en haut et de droite à gauche. L’amusement manichéen des auteurs ne manquera pas de vous faire sourire. Une pointe de cynisme, un ton semblable à celui de René DAUMAL et une histoire qui tient la route.

Que demande le peuple ?

Arbitraire12_04

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :