Les impliqués, Zygmunt MILOSZEWSKI

 » – C’est du théâtre ? demanda-t-il (Szacki). Est-ce qu’ils ont reçu des scripts au préalable leur disant comment se comporter ?
Rudzki fit non de la tête.
– Et ce n’est pas tout. Ils ne savent presque rien à propos de la vie d’Henryk Telak […] Rien. Vous voyez, en fin de compte, cette thérapie est extrêmement simple, surtout si on la compare à la psychanalyse classique, qui d’après moi se révèle souvent parfaitement inefficace. »

les impliqués

 

Alors qu’il assiste à un séminaire thérapeutique de groupe un peu particulier, Henryk Telak est retrouvé mort prés d’une crypte.
C’est alors le procureur Szacki qui va prendre l’enquête en main, et celle-ci va lui donner bien du fil à retordre.
Le procureur est persuadé que c’est l’un des autres patients de la thérapie qui, après un jeu de rôle, a assassiné Henryk Telak avec la broche qui lui traverse la tête par le globe oculaire. Encore reste-t-il à le prouver.
De piste en piste, Szacki n’avance pas d’un poil dans son enquête. Mais peut-être ne cherchait-il pas du bon côté ?
Et si ce meurtre d’apparence banale remontait en fait bien plus loin, dans l’Histoire même de la Pologne ? Et si le communisme continuait de sévir dans la vie privée des gens ?

Szacki va être confronté à une rude enquête qu’il va cependant assouplir un peu grâce à la belle Monika qui hante son esprit… Et devient bien rapidement plus qu’une simple collègue.

 

C’est un roman noir mené avec brio jusqu’au bout. Le lecteur ne se perd jamais mais peut cependant se distraire facilement de cette enquête qui n’avance pas.
Nous nous retrouvons confronté aux états d’âme de ce pauvre procureur qui n’arrive plus à réfléchir.
L’écriture n’a rien de transcendant, mais le roman marche. On se retrouve plongé dans une histoire qu’il est difficile de quitté. Une fois immergé dans l’esprit de Szacki on finit par ne plus pouvoir en sortir…

Le talent scénaristique se fait ressentir cependant un peu tardivement puisque j’ai failli abandonner avant la 70e page. C’aurait cependant été une erreur, et je le sentais bien, puisque l’enquête me hantait.

C’est, en outre, un bon roman policier qui vous prend aux tripes par moments et a tendance à ennuyer un peu à d’autres. Malgré ces quelques lenteurs, la déclaration finale est un feu d’artifice. Attention aux surprises, vous risquez d’avoir quelques séquelles !

 

Roman disponible chez Mirobole éditions depuis Octobre 2013. Traduit du Polonais par Kamil BARBARSKI.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :