Casco Bay, William G. TAPLLY

« Vecchio ne répondit pas. Il ne bougeait pas. Tout comme Ralph, il semblait hypnotisé, et tous deux avaient le regard fixé sur l’ouverture noircie de la cave.
Calhoun alla jusqu’à eux et s’accroupit près de Vecchio. Il porta son regard là où l’homme et le chien regardaient. 
Ce qu’ils regardaient si intensément, c’était une grosse masse noire appuyée contre le mur extérieur des anciennes fondations.
Il fallut une bonne minute à Calhoun pour reconnaître ce qu’il avait sous les yeux.
Un corps humain.
Un cadavre noir comme du charbon, calciné, assis le dos contre le mur Est du bâtiment, les mains reposant sur ses genoux, les jambes étendues devant lui et la tête inclinée en avant. »

casco bay

Quel bonheur de retrouver Stoney Calhoun ! Le grand pêcheur, le grand amoureux de la nature, des grands lacs américains et de la truite ! J’ai mis longtemps à venir au deuxième volume de la trilogie de Tapply (le premier était Dérive sanglante), mais j’y suis arrivé, et une fois de plus, je ne l’ai pas lâché !

Nous nous retrouvons dans un petit bateau de pêche, sans téléphone portable, sans aucune technologie et avec pour seules compagnies un chien qui ronfle et le bruit des vagues sur la coque.

Du temps est passé, mais Calhoun est toujours co-gestionnaire d’un petit magasin de pêche avec Kate, qui est aussi sa petite amie, et qui est mariée avec un homme qui est en passe de mourir. Ensemble ils ont le souvenir effacé de leur vieil ami retrouvé mort dans Dérive sanglante. Ils vivent une harmonie presque parfaite, malgré le trou de mémoire de Calhoun sur son passé depuis qu’il a pris la foudre, jusqu’au jour ou la découverte d’un cadavre sur une petite île océanique va changer l’ambiance.

Alors qu’il donne une petite leçon de pêche à Vecchio, un amoureux de la nature, ce dernier va avoir une envie pressante. Ils s’arrêtent alors sur une petit île où la découverte d’un cadavre carbonisé va lancer Calhoun et son ami le shérif sur une piste des plus improbables. Meurtre ? Suicide ? Le doute part vite quand on retrouve le pénis de l’homme brûlé dans sa bouche. Affaire de pédophilie ? Viol ? Toutes les théories sont bonnes, et nos deux aventureux n’ont pas fini de se frotter à une société qui les dépasse l’un comme l’autre.

William G. Tapply a une écriture qui perd en intensité par rapport à son premier volume. Beaucoup de choses seraient à enlever au roman pour le rendre un peu plus noir, et un peu plus rythmé. Ce qu’il n’a pas perdu, par contre, c’est la force descriptive des meurtres et de la nature. Deux éléments opposés qui semblent ne faire plus qu’un dans ses romans. Il sait aussi habilement rendre un personnage obscur et acariâtre attachant au lecteur. C’est donc avec un grand bonheur qu’on repart sur les traces de Calhoun, qui ne veut rien savoir de son passé, et qui nous donne du coup plus encore envie de le découvrir, mais aussi sur les traces du shérif qui sous son air idiot en connaît long sur son métiers et travail ses théories.

C’est donc avec un grand plaisir que j’ai lu ce roman qui n’est pas une suite mais reprend un même personnage. Je déconseille cependant de découvrir l’auteur avec celui-ci, mais plutôt de commencer par Dérive sanglante qui m’a laissé une impression de travail plus abouti.

Ouvrage disponible aux éditions Gallmeister depuis Juin 2008. traduit de l’américain par François HAPPE.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :