Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, J. REGNAUD et E. BRAVO

« Mon frère et moi, on n’aime pas les endives, ni les brocolis, ni les choux de Bruxelles mais on en mange quad même car on aime beaucoup Yvette. Yvette, on l’aime comme si c’était notre maman. »

9782070572991FS

Jean rentre cette année chez les grands ! Et cette transition s’annonce mouvementée ! L’entrée au C.P. c’est un gros bouleversement. On est prêt à entendre certaines verités, on commence à perdre nos illusions de gosses…

Jean et son frère Paul vivent avec leur père et leur gouvernante, Yvette. Leurs mère est partie en voyage il y a déjà longtemps et ils n’en ont plus grand souvenir mais ne cessent de l’attendre. Jean arrive dans une nouvelle école et va devoir se faire de nouveaux amis ! Il en rencontrera un, qui viendra s’ajouter à la liste de sa voisine, âgée de deux ans de plus que lui, pour s’amuser un peu entre deux devoirs.

Outre cette attente omniprésente dans cette B.D., l’auteur nous propose une lecture du point de vue du jeune homme, avec ses naïvetés, ses incompréhensions et tout ce que lui cachent les adultes. La cruauté du fossé creusé entre le monde du soucis et celui de l’insouciance. Le gouffre dans lequel on tombe en passant de l’un à l’autre avec parfois une simple nouvelle sur le père noël, ou sur sa mère.

Jean se pose beaucoup de questions, sa mère lui manque terriblement et sa voisine, qui fait office d’amie quand elle n’est pas avec des copines, lui lit des lettres qu’elle reçoit, soit disant de la part de la mère de Jean. Facile, il ne sait pas lire, il peut gober n’importe quoi !

La B.D. se découpe en différentes parties par les désillusions du jeune garçon alors que son frère plus jeune d’un an est toujours dans l’insouciance.

La place de la lecture, du vocabulaire et des mots a son importance et semble être primordiales pour l’auteur. Si on ne sait pas lire, on est obligé de se fier aux autres, et nous sommes alors crédules. Savoir lire c’est entrer dans un monde, à nos risques et périls. Et on ne s’en rend pas toujours tout à fait compte.

 

Une petite B.D. toute douce pour parler de choses graves et simples à la fois. Un petit bijou à lire, à relire, et à faire lire !

 

« Le soir dans mon lit, je me dis que maman, c’est comme le Père Noël…

… Maintenant je suis trop grand pour y croire… »

Ouvrage disponible aux éditions Gallimard depuis Juin 2007.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :