Gros plan sur la collection L’heure des histoire, éditions Gallimard

Qu’est-ce que L’heure des histoires ?

« L’heure des histoires, de beaux petits albums à partager, de grands moments à vivre ensemble. 
Au moment de l’heure des histoires, tandis que l’un regarde les images et l’autre lit le texte, une relation s’enrichit, une personnalité se construit, naturellement, durablement.
La lecture partagée est une expérience irremplaçable, un vrai point de rencontre. Parce qu’elle développe chez nos enfants la capacité à être attentif, à écouter, à regarder, à s’exprimer. Elle élargit leur horizon et accroît leur chance de devenir de bons lecteurs. »

nous dit le site Gallimard.

Et maintenant, je vais vous fournir quelques petits exemples plutôt sympatoche de ce que vous pouvez trouver sans difficulté dans cette belle collection au dos orange fluo !

 

Aux fous les pompiers ! PEF

fous

Ce petit album a ce qu’il faut d’énergie. Il est drôle, cynique, et complètement contraire à tout ce qu’on peut lire aux enfants sur le métier de pompier. Tellement à part d’ailleurs que son originalité finie par devenir une critique sociale, et donc, une lecture à double sens.

***

Les pompiers d’un petit village n’ont plus d’argent. Ils ne peuvent pas se payer de téléphone, il faut donc leur écrire lors d’une alerte et attendre quelques jours. Il ne peuvent pas non plus se payer d’essence pour le camion, donc toutes les femmes des pompiers viennent aider à pousser le camion qui lui, ne contient pas vraiment d’eau puisqu’ils n’ont pas les moyens de la payer. Le mieux était donc de ne pas créer d’incendies, et pour ça ils n’hésitaient pas à rôder en ville pour prévenir de tous les dangers. C’est ainsi qu’ils se sont mit à éteindre les clopes des fumeurs.

Heureusement pour remplir la caisse ils pouvaient compter sur les citoyens en fin d’année à qui ils vendaient sans doute des calendrier. Et devinez ce qu’ils faisaient avec l’argent qu’on leur donnait ?

***

A lire si on aime le décalé, si on a une pointe d’humour et qu’on est un pompier, un vrai !

 

Les ours de Grand-Mère, Gina WILSON et Paul HOWARD

ours

Nous passons maintenant à un genre totalement différent, beaucoup plus classique tant dans l’illustration que dans le texte et l’idée qu’on se fait de l’histoire du soir. Celle qui calme et rassure avant de fermer ses petits yeux dans un noir lourd et épais d’ombres et de monstres.

***

Le petit Paul allait chez sa grand-mère aujourd’hui, et pas seulement pour goûter ! Celle-ci possède comme animaux de compagnie des ours. Mais pas des petits, attention ! Ce sont de grands ours mal léchés qu’elle arrive, elle, si bien à rendre sage.

Quand Paul les rencontre, c’est un grand choc. C’est la première fois qu’il les voit, et ils sont vraiment grands. Il se voit alors dans le devoir de les faire jouer et de s’amuser avec eux. Ils deviendront alors les meilleurs amis, les plus grands inséparables, et écouteront même l’histoire du soir ensemble ! Même mamie se paye un petit coup de folie en voulant se faire un petit match à la téloch’ !

Seulement voilà, après l’histoire du soir, Paul se retrouve seul dans la chambre. Seul ? N’en soyez pas si sûr… !

***

Un petit album avec lequel on n’a pas forcèment de place pour le jeu, mais qui se veut agréable à lire et à partager. C’est un moment cosy, un moment partagé et plein de tendresse que promet cette histoire aux compréhensions une fois de plus différentes suivant les peurs de l’enfant.

Quoi de plus doux qu’un ours ?

 

Le chat ne sachant pas chasser, John YEOMAN et Quentin BLAKE

chat

Oui, le titre de cette histoire est difficile à prononcé ! Et je m’attendais à pas mal de jeux de mots, à quelques difficultés de prononciation… Et rien ! A la place j’ai eu une petite histoire tout à fait délicieuse à la Tom et Jerry.

***

Un meunier voit son moulin mourir jour après jour. Des souris l’ont pris en otage et il en sait plus quoi faire. Par défaut il va acheter un chat, se disant qu’il va en faire son quatre heure et que ce sera une histoire lointaine ! Manque de pot, ce chat ne sait pas chasser.

Le meunier va alors l’enguirlander sévérement, jusqu’à ce que les souris le prennent en pitié et lui fasse faire un peu d’exercice. Tout le monde y gagne ! Lui ne se fera plus violenter, et elles pourront bien rigoler ! Le chat prend son nouvel exercice très au sérieux, mais avant qu’il soit prêt à chasser le meunier décide de le noyer dans la rivière.

La suite n’est pas bien difficile à imaginer, mais vous y trouverez tout de même quelques surprises !

***

Un texte une fois encore bien classique. Le bien d’un côté, le mal de l’autre. L’illustration aux tons pastel ajoute de la poésie dans cette relation qui s’attache par la violence de la chasse. Beaucoup de sous-entendus pas forcément perceptibles à la première lecture peuvent être dénicher. Plus qu’une lecture agréable, une lecture intelligente !

 

Le chat et le diable, James JOYCE et Roger BLACHON

diable

Restons dans les histoires de chat ! Ici il n’est pas le personnage central mais n’en est pas moins un héros !

***

Dans la petite ville de Beaugency, au bord de la Loire, les habitants sont bien embêtés ! Ils n’ont pas les moyens de construire ou de faire construire un pont pour aller d’une côte à l’autre ! Et quel malheur de toujours prendre ce bateau !

Un jour, alors qu’il lit le journal, le diable tombe sur cette triste histoire et prend les habitants en pitié. Il va alors voir le maire et lui propose un marché. S’il accepte, le pont sera construit dans la nuit ! Trop fort le diable, trop facile !

Évidement, le maire accepte, et il a bien une petite idée derrière la tête !

***

Tout le monde connait l’histoire de Faust qui vend son âme au diable. Elle est ici simplifiée et mise en scène pour la jeunesse avec une petite dose d’humour et une grosse dose de malice ! Dans un monde qui paraît bien fade et routinier, ce n’est pas n’importe qui qui vient changer les habitudes ! C’est le diable lui-même, tout de même ! A lire avant de se coucher, ou au réveil pour commencer la journée de bonne humeur !

 

Le sac à disparaître, Rosemary WELLS

sac

Vous voulez que je vous dise quelque chose ? Malgré le grand soleil qui nous réchauffe encore (tout dépend de quand vous lisez ça, évidement), Noël approche à grand pas ! Et ce petit album peut être le cadeau parfait pour le plus petit d’une fratrie pas toujours sympathique !

***

Damien est le plus petit. Il n’a donc pas le droit de jouer avec la cross de hockey que son frère Robert a eu pour Noël, ni avec la trousse de maquillage de sa sœur Colette, et encore moins avec la boite du parfait chimiste! Lui il n’a que son ours en peluche et personne veut l’échanger le temps d’un sourire.

Damien va donc partir bouder pendant le dîner, mais voilà qu’il va se rendre compte qu’un paquet est toujours au pied du sapin… Il va s’en emparer, et ce qu’il découvrira changera la donne de cette soirée exceptionnelle. Tout devient possible. Tous veulent sa trouvaille. Acceptera t-il de la partager ?

***

C’est un petit album qui pourrait rendre nostalgique certains pour qui Noël est un jour différent, pour qui Noël signifie déco, sapin et dinde chaude. Tout rappelle l’époque ou le texte et l’illustration étaient séparés, et parfois ça fait du bien de se replonger dans une nostalgie, même après une bouteille de champagne un soir de réveillon ! Alors n’hésitez pas à offrir ce petit livre et à le lire dans la foulée ! Ça en fera réfléchir certains et en confortera d’autres !

 

J’ai un problème avec ma mère, Babette COLE

probleme

Quand on lit le titre, la première question qui vient à l’esprit est « et qui n’en a pas ? ».

Bon, trêve d’humour ! C’est plus l’heure de se marrer alors qu’on va parler d’un sujet grave, d’un sujet qui fait peur, d’un sujet qui fout la pétoche ! On va parler de monstre !

Enfin pas vraiment en fait, on va parler de la perception des adultes sur les autres adultes, et la frontière impossible à ignorer avec la perception des enfants. On dit d’ailleurs que la vérité sort toujours de leur bouche. Je n’ai jamais vraiment su qu’en penser.

***

Ma mère elle est bizarre. Elle s’entend pas trop avec les autres parents d’élèves, mes copains la connaissent pas trop.

Mais ça c’était avant ! Avant le gâteau qu’elle a fait qui a fait marrer tous les potes de la classe ! Depuis ils ne jurent que par elle, ils sont même prêt à venir à la maison ! JE les ai donc invité et ils sont venus malgré les réprimandes de leur parents. Évidement, tout s’est corsé quand leur parents sont venus les chercher.

Et oui, ma mère elle est comme ça. Son plus gros problème en fait, je pense que c’est son chapeau. Il est pointu, une vipère y est accroché avec un pomme bien rouge, comme dans Blanche Neige.

Mon père ? Oh, lui il traîne dans un bocal le temps de son sevrage à l’alcool !

Bref, vous l’aurez compris, l’originalité ne manque pas chez moi !

***

C’est ce qu’aurait pu dire ce jeune homme qui se confie à nous. C’est d’ailleurs un peu ce qu’il dit. Mais en mieux. Alors régalez-vous, rigolez, et surtout, faites parler les images qui donnent un sens complètement différent au texte que le sens initial, renforçant donc l’effet comique. Tiens, et si vous faisiez raconter l’histoire à votre petit qui sait pas encore lire avant même de lui avoir lu une fois ? Vous seriez sûrement surpris(e) !

La belle lisse poire du prince de Motordu, PEF

motordu

Bon, la boucle sera bouclée. On commence avec PEF, on termine avec PEF ! Et pas n’importe lequel ! on parle là de son best-seller, de sa place en littérature jeunesse, tant dans le rayon première lecture que littérature pour plus grands ! On parle là de celui qui cette année a fait un livre avec Motordu pour accompagner les élèves à l’école !

Non, non, franchement, là, on s’attaque à du lourd ! Et puis tout le monde connait déjà le prince de Motordu. En grand, en petit, en pop-up, en tout !

Bon allez, pour ceux qui sont un poil en retard, montez dans le train, et surtout… Éclatez-vous !

***

Motordu est une petite bourgade dans laquelle le prince habite. Vous vous en doutez. Il vit seul et joue aux tartes avec ses amis dans la grande salle à danger du chapeau pour s’occuper. Un jour, ses parents lui disent qu’il serait temps qu’il se marie enfin ! Une femme pourrait lui raconter de belles lisses poires et le rendre heureux ! Il n’y avait jamais pensé mais se décide à prendre sa toiture de course pour se mettre illico à la recherche d’une belle princesse. Il va alors tomber en panne et rencontre la princesse Dézécolle. Un simple coïncidence me direz-vous ? Et bien non ! Tout est programmé ! Et la princesse Dézécolle, en bonne maîtresse, va vouloir le faire parler comme tout le monde ! Heureusement, il ne le prend pas mal et elle est plutôt souple et sympathique !

***

Vous l’aurez compris, Le prince de Motordu est emblématique non seulement grâce à l’auteur, mais surtout grâce au personnage qui a sa place entière parmi les plus grands de la littérature jeunesse ! Notre cher prince est bien encré dans les esprits depuis les années 1980 et n’est pas prêt de les quitter !

Avide de jeux de mots, de calembourgs et surtout de quiproquos, l’auteur n’a de cesse de faire pouffer ses lecteurs. C’est pas pour rien si on y revient toujours !

—————————

Bon, vous avez maintenant quelques petites pistes pour étudier de plus prêt cette petite collection qui fait marrer, dormir, et qui ne manque pas de réconforter les enfants face à leurs angoisses. Facile à trouver, à lire, et pas très cher, c’est une collection a avoir sous le coude pour son propre plaisir comme pour celui de ceux qui nous rendent visite !

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :