L’épée des cinquante ans, Mark Z. DANIELEWSKI

« Imaginez’, dit-il avec emphase, les yeux toujours perdus

                                                   « dans sa posture

filante. ‘Imaginez en chaque son

                                                                       « le soupire d’une

unique

          » ‘chose

                                                                                                                         » ‘périssant et qu’au lieu que les sons

 » ‘vinssent les uns après les autres,

                                                     » ‘il s’exhalât

 » ‘un soupir de

               » ‘toutes choses

                              » ‘en même temps.

                                                                    » ‘Quel serait ce son ?’

9782207115282FS

Si je vous demande ce qui vous chose en premier, vous me répondrez évidement la mise en page. Je ne vais pas lancer ma chronique là-dessus, mais on ne peut pas s’empêcher d’en parler !

Mark Z. DANIELESKI signe ici un roman a couper le souffle, une expérience très personnelle à vivre sans retenue.

Chintana se voit invitée par Mose Dettledown et se sent obligée d’accepter pour des raisons… Professionnelles ? Bref, tout commence plutôt bien, elle se rend à la petite sauterie et croise une femme qu’elle ne porte pas tellement dans son coeur. Une femme qui lui met des bâtons dans les roues, une femme qui ne pense pas comme elle.

Bref, tout se poursuit plutôt bien, jusqu’à l’arrivée mystérieuse d’un conteur pour les enfants. Seulement voilà, il conte aussi pour les adultes. Ce conteur pourrait bien être Mark Z. DANIELEWSKI, lui même adepte du format conte pour adultes.

Et voilà que notre conteur commence à s’asseoir et à prendre toute la place dans la pièce, comme dans le roman. Il est volumineux, il est imposant, il est sûr de lui. Et il a une histoire bien concoctée, bien travaillée. Une histoire qu’on pourrait raconter au Japon, pourquoi pas. Une histoire de fantômes, une histoire dans laquelle les mots ont leur importance. Dans laquelle les mots peuvent bouleverser bien du monde, des émotions et des sentiments. Une histoire pleine de métaphore, de superlatif composés de mots-valises à la manière ‘Pataphysique. Une histoire qui dérange certains, qui en endort d’autres, mais qui ne laisse pas coi. Une histoire que je vous conseil vivement de lire, de retenir, et d’en faire la gloire par la suite.

 » ‘J’examinai 

les explosifs,

                                                                                                                                        » ‘manipulai des revolvers. Des petits revolver, des gros revolvers, des revolvers assez puissants pour

                                            » ‘couper quelque chose,

                                                                                                    » ‘n’importe quoi, en deux d’un coup’

(…)

 » ‘Mais rien de tout cela’,

                        poursuivit le

                                                   « Conteur,

                         » ‘ne pouvait combler mon appétit pour ce que ma noirceur réclamait sans nulle cesse.

                                                                        » ‘Et je suis donc parti au plus loin des lointains.’     

Cette histoire est bien mystérieuse, et elle véhicule des idées bien définies. Le conteur a tout pouvoir à partir du moment où il sait employer les mots, où il sait les utiliser de la bonne façon. Il devient alors hypnotisant et peut contrôler, même malgré lui, les gens qui l’écoutent.

Mark Z. DANIELEWSKI joue avec le vocabulaire, avec la mise en forme et la déroute du lecteur. Cinq personnages ont la parole, les cinq semblent parler en même temps et ne peuvent être différenciés qu’avec un code couleur présent dans les guillemet. Un n’a pas de guillemet, pas de couleur, et n’est donc pas vraiment… Existant ?!

Les cinq personnes semblent s’emballer, se disputer l’histoire et la partie à raconter. Et tous réussissent leur mission à la perfection : nous intéresser.

Au-delà de la forme et du contenu, l’auteur a tenu à inclure à son texte des broderies par Atelier Z toutes plus envoûtantes les unes que les autres. Sous forme d’art pointilliste les illustrations évoquent de façon abstraite les pensées du lecteur et titillent son imagination jusqu’à l’achever dans un bouquet final merveilleux.

Ce n’est pas ici d’un roman réussi dont je viens de vous parler, mais d’un réel chef d’oeuvre qui mérite qu’on le lise et qu’on en parle.

 » ‘ « Attention toutefois toutes ont

                                      » ‘ « double tranchant

et elles sont assorties de cet avertissement :

                                    » ‘ « Si jamais une plaie venait manquer son but,

                               » ‘ « tu

                                        » ‘ « disparaîtras

 » ‘ « comme la lame 

                   » ‘ « que tu manies. »

Ouvrage disponible aux éditions Denoël depuis Août 2013. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par  Héloïse ESQUIE.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :