Sweet sixteen, Annelise HEURTIER

En Amérique du Sud, dans les années 1950, alors que la ségrégation raciale est très présente et que le Ku Klux Klan fait régner la loi, il y a des jeunes filles qui n’attendent qu’une chose : leur seize ans. La majorité, la liberté.

 

sweet sixteen

 

Nous voilà dans une Amérique violente ou les droits et l’égalité ne sont que des concept. Les établissements scolaires ne mélangent pas les noirs et les blancs. Les bus non plus. Quelques grandes têtes Afro-américaine nous viennent immédiatement à l’esprit. Mais dans ce livre on ne parlera pas forcément d’eux. On parlera plutôt de neuf jeunes afro-américain qui rêvent de faire basculer le monde.

Nous sommes en 1957. Le mois de Septembre approche à grand pas, et la rentrée occupe tous les esprits.

Cette année, neuf Afro-américains iront dans un lycée pour blanc très réputé. C’est une expérience, un test. LA loi a tranché, impartiale, les noirs ont les mêmes droits que les blancs.

Seulement voilà, tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. C’est dans une violence extrême qu’on va évoluer dans ce texte. Les neuf étudiants risquent leurs vies, jours après jours, pendant un an.

 

Le roman a l’intelligence de proposer une double lecture. On alterne les points de vue suivant les chapitres. On passe ainsi de l’esprit d’une des neuf jeunes courageuses, Molly, à celui d’une jeune blanche, Grace.

On va voir avec précision dans les yeux de la blanche pour ensuite vivre la scène dans la peau de l’Afro-américaine. Evidemment, toutes les scènes ne sont pas vécues, ni même perçues de la même façon.

Il y a pourtant un espoir que le monde change. Mais combien d’année cela peut prendre ?

Avec une écriture tranchante, incisive, directe et sincère, Annelise HEURTIER nous fait remonter dans le temps. Si Toni MORRISON avait écrit pour la jeunesse, c’aurait été sans doute cet ouvrage.

On retourne dans une époque qui n’est pas si loin et qui pourtant parait à des années lumières. On remue les tripes, on montre la terreur, on fascine avec la violence pour raconter l’histoire. Et quelle histoire. Celle qui s’est réellement passée, avec ses espoirs et ses déceptions.

 

Ouvrage disponible aux éditions Casterman depuis Avril 2013.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :