Polarama, David GORDON

Vous aimez le roman noir ? Bienvenue dans le premier roman de David GORDON !

9782330019938FS

Harry BLOCH est un écrivaillon. Il a déjà pas mal d’ouvrages à son actif, pas tous sous son vrai nom. Il a un nom d’emprunt en particulier pour chaque style, et dernièrement il a eu un gros succés avec les romans sur les vampires qu’il a écrit sous le nom et l’identité de sa mère.

Outre le côté humoristique d’imaginer sa mère sur une interview d’un livre qu’elle n’a non seulement pas écrit mais pas même lu il y a un côté beaucoup plus noir.

Darian CLAY, un taulard reconnu coupable d’avoir tué, dépecé et photographier quatre femmes dont on n’a jamais retrouvé les têtes se prend de passion pour l’écrivain. Il va aller jusqu’à lui écrire afin de lui proposer un marché. Et quel marché ! Harry BLOCH va devoir se rendre chez les fans du serial killer et écrire des histoires porno comme à la bonne époque où il écrivait L’homme qui murmurait aux oreilles des salopes dans le magazine Chaud Lapin. Evidement, ces histoires porno doivent mettre notre killer en scène, toujours dans des délires fétichistes et de domination. En contre-partie Darian CLAY offre des bouts de sa vie en témoignage à Harry. Avec ce témoignage il pourra publier un livre qui se vendra à des milliers, des millions d’exemplaires !

Commence alors une véritable enquête entre mensonges, trahisons, et doute. L’amour et le sexe se fraient des chemins très rapide dans l’écriture, ce qui pimente l’excitation et l’envie d’aller plus loin du lecteur, évidement.

 

 

 

Aidé de son amie et associée Claire (dont il est également, soit dit en passant, le nègre pour ses devoirs à rendre), le narrateur et héros principal va parcourir ses intuitions au fil des pages pour faire trembler ou rire le lecteur.

Darian CLAY n’a plus que quatre vingt huit jours à vivre. Et il faut que la vérité explose. Il se clame toujours non coupable, tous les doutes sont permis. Jusqu’où iront les forces de l’ordre pour mettre des bâtons dans les roues de Harry, même sans le faire exprés ?

Entre rire et véritable tension le roman se construit sur une manipulation constante du narrateur lui-même. Et si nous sympathisions avec un vrai timbré ? Après tout, il y en a partout !

 

 

 

L’écriture est très fluide, on tourne les pages sans même s’en rendre compte malgré quelques petites incohérences et subtilités trop voyantes de la part de l’auteur. Quelques petites coquilles, donc, qui n’empêchent en rien d’apprécier ce roman noir aux traits humoristiques dont l’anti-héros se voit une fois de plus mis en scène de façon charismatique.

L’impression qu’un voile de doute a voulu être posé par l’auteur sur la véracité de ce récit ne fait que renforcer les sentiments d’insécurité qu’il sait si bien mettre en scène.

Vous n’avez jamais eu l’occasion de visiter une prison ? N’y allez pas pour la première fois avec l’auteur, lisez plutôt son livre pour vous convaincre de rester bien au chaud chez vous !

« La littérature n’est ni plus ni moins qu’une envie de baiser le monde entier par-derrière. Voici un poème : Si seulement cette page était un rasoir, et si seulement votre gorge à tous n’était qu’une. »

C’est sur ces belles paroles que j’espère vous convaincre de lire ce roman noir de qualité.

Disponible aux éditions Actes Sud dans la collection Actes noirs depuis Juin 2013.

Advertisements

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :