Thierry DEDIEU, l’humour est dans la beauté

A l’occasion de la sortie de deux nouveaux albums dans une paire de jours, je vais vous parler aujourd’hui de Thierry DEDIEU.

Après s’être illustré dans le conte traditionnel, le conte cruel, ou même le code de la route, il s’en revient avec son indémodable Magnus Philodolphe Pépin et ses curiosités.

Et la curiosité n’est pas un vilain défaut chez DEDIEU.

Un toit pour moi.

toit pour moi

Aujourd’hui notre botaniste nain âgé de maintenant 329 ans et pote avec un grillon a pour ambition de construire sa maison !

Et quelle aventure.

Construire une maison, c’est pas si simple qu’il n’y paraît. Surtout quand on ne sait pas vraiment ce qu’on veut. Il faut élaborer des plans, être malin et s’informer correctement. Puis pas question de mettre des briques les unes sur les autres, pas de béton. Magnus Philodolphe Pépin préfère la nature et la chaleur naturelle.

Le voilà alors parti à la rencontre de plusieurs animaux et de leurs habitats afin de les étudier. On passe sans transition de l’écureuil au coquillage. On se perd aussi dans un nid, ou même dans un terrier. Ça dépayse !

Comment va faire notre petit nain pour arriver à ses fins ? Quelle maison construira t-il ? Laquelle lui paraîtra la plus plausible ?

Après avoir étudier les coquillages de très prés, les chenilles et papillons ainsi que les animaux plus traditionnels, va t-il les inviter à sa crémaillère ? Bien des surprises vous attendent. Toujours complétées de petites documentations pour vous pousser à en savoir plus.

Dans ce nouveau carnet de curiosité Thierry DEDIEU reste dans l’illustration très contemporaine malgré les couleurs nostalgiques. Quelques photographies se cachent dans les pages, toujours très discrètes et loin d’être choquantes.

On nous propose une fois de plus un ouvrage qui plaira sans aucun doute, et qui plait déjà.

Mais ce n’est pas le seul ouvrage que sort DEDIEU en ce 24 Mai. Le second est complétement différent, opposé, mais pas dénué de taquinerie.

Poisson chat.

dedieu

Poisson chat est un album dans texte. Les illustrations sont très carrées, presque sous forme cubiste et proposent une scène traditionnelle.

Dans un appartement de quartier un chat dort d’une oreille pendant qu’un poisson s’agite dans son bocal.

Le poisson saute, joue, jusqu’à ce qu’il tombe hors du bocal et se retrouve sans défense. Le chat est alerté, il descend les quelques marches, se retrouve nez à nez avec le poisson, commence à ouvrir la gueule et là… Il se passe l’inimaginable.

Il se passe ce qu’il peut ne se passer que dans les livres.

A vous de le découvrir.

———-

Après un petit tour rapide des deux nouveaux albums, je vous propose un retour dans le passé, quand Magnus Philodolophe Pépin n’avait que 327 et 328 ans et qu’il était un jeune homme fringant.

 

Comme une soudaine envie de voler.

 

 

envie de voler

Magnus Philodolphe Pépin est toujours très observateur. Ses aventures débutent avec cet ouvrage dans lequel il a déjà 327 ans et est un grand sage. Il observe déjà les coccinelles depuis longtemps. Pourtant ce jour là les choses changent. Un déclic se fait et il décide que lui aussi, il peut voler.

Voler d’accord, mais il faut avoir des ailes ? Ou construire un engin…

C’est alors que notre professeur philosophe nain préféré va réfléchir et qu’une samare d’érable va lui tomber sur le coin du nez.

Cette chose ressemble fort à une libellule. Il va s’en inspirer pour monter son premier engin qui, évidement, sera un échec total. Il va alors s’intéresser aux insectes qui arrivent à voler, malgré leur masse et aller petit à petit vers l’oiseau. Mais avant il veut s’assurer de ce qu’il trouvera dans le ciel. De ce qu’il y a au-delà des nuages.

Avec des planches magnifiques et une ambiance digne de celle de Davide CALI, l’auteur nous offre une perspective différente du vol et des engins qui nous surplombent.

Il nous propose également quelques valeurs scientifiques sur les papillons ou la flore. Et évidement, comme toujours, avec un texte non dénué d’imagination pittoresque et une illustration semblable, il va mettre en scène notre héros avec son petit ami le grillon toujours là pour soigner ses plaies et dessiner sur ses plâtres.

Alors, comment sont construits les avions ? J’espère qu’ils ne se sont pas trop inspiré de Magnus…

 

Comme un poisson dans l’eau.

 

poisson dans l'eau

Dés la première planche on a le sourire aux lèvres. En ces temps pluvieux et froids l’auteur nous propose une réelle vision du printemps.

C’est le début des beaux jours, et notre petit philosophe curieux et naïf va s’exercer à son sport préféré : le plongeon artistique.

Evidemment, ce n’est qu’un prétexte pour nous parler de la faune et de la flore sous les eaux. Et oui, Magnus Pépin aime connaître ce qui l’entoure, et il vient souvent observer ce qu’il y a sous l’eau avec son aquascope. On a alors en taille grossie une planche munie de quelques insectes qui parcourent les courants. La Gerris, le Notonecte ou bien même le Dytique nous côtoient tout l’été.

Mais comment faire pour les observer de plus prêt encore ? C’est très simple, il suffit de construire un sous-marin. Avec des plans vieux comme Mathusalem le voilà parti à la recherche de son oeuvre. S’apercevant que c’est pas si simple, il va devenir roi de l’apnée malgré ses toujours 327 ans et va finalement opter pour un déguisement de grenouille qui lui permettra de passer incognito et ne faire fuir personne. Tout ça, c’était sans compter sur les hérons qui traînent non loin… Mais n’oublions pas son rêve. Magnus Pépin voudrait être un poisson. Le voilà alors parti pour un rodéo sur dos de brochet.

Vous vous doutez que toutes ces aventures sont accompagnées du bon grillon toujours là pour soigner ses plaies… Malgré les moqueries de l’étang.

De concert avec la nature.

 

concert avec la nature

J’ai une mauvaise nouvelle. Magnus Pépin a déjà pris un an. Nous sommes en Octobre 2012 et il a 328 ans.

Mais ne vous inquiétez pas, il est toujours aussi fou. Toujours aussi créatif et amical. Toujours aussi maladroit et drôle. Pépin reste notre compagnon préféré pour notre plus grand plaisir.

Et cette année, il s’attaque à la musique.

Quel programme ! me direz-vous. S’attaquer à la musique en plein automne, ça promet de longs spleens mélancoliques. Mais non, évidement. Magnus a juste pour but de concurrencé le plus beau chant d’oiseau.

Mais c’est pas mince affaire. Les oiseaux sont très forts et aucun de ses instruments n’a la côte. Après un concert complètement loupé avec son ami le grillon et des formules mathématiques complètement folles  il lui vient une idée formidable : être chef d’orchestre et prendre comme instruments les animaux eux-même. Ainsi les cigales, sauterelles, criquets et grillons seraient les violons. Le percussionniste sera évidement le pivert. Le crapaud fera un très bon tubiste et le lapin le tambour-major.

Avec une composition pareille et des répétitions intensives impossible de se louper ! Le concert va être une réussite totale. Oui, mais voilà. Il s’agit de Magnus Pépin et de Thierry DEDIEU qui aime beaucoup le maltraité. Tout ne se passera pas comme prévu et évidement, son ami le grillon est toujours dans les meilleurs coups !

 

 

 

Préparez-vous à vivre des aventures magnifiques, pleines de tendresses, de poésie, d’artifices pour les yeux, de science et surtout de bonne humeur.

Avec des planches toujours saupoudrées d’une dose de fantaisie combinée a une réalité frappante vous serez sans nul doute séduit par cet auteur productif dans le monde de l’enfance. Et vous y reviendrez.

 

Bibliographie :

– Un toit pour moi (carnet de curiosités de Magnus Philodolphe Pépin), éditions Petite plume de carotte, à paraître le 24 Mai 2013.

– Poisson chat, éditions du  Seuil à paraître le 24 Mai 2013.

Comme une soudaine envie de voler (carnet de curiosités de Magnus Philodolphe Pépin), éditions Petite plume de carotte est paru en Avril 2011.

– Comme un poisson dans l’eau (carnet de curiosités de Magnus Philodolphe Pépin), éditions Petite plume de carotte est paru en Novembre 2011.

– De concert avec la nature (carnet de curiosités de Magnus Philodolphe Pépin), éditions Petite plume de carotte est paru en Avril 2011.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :