Zoom sur Simon ROUSSIN

Simon ROUSSIN est à ce jour l’auteur de quatre ouvrages dont je vais vous parler ici.

Entre albums et B.D., le tout avec des textes déjantés et des illustrations « flash », l’auteur nous porte dans son monde et ne nous perd pas en route.

 

Il est également illustrateur pour des couvertures de roman, notamment le dernier ouvrage des éditions de Monsieur Toussaint Louverture : Le linguiste était presque parfait. C’est un début de week end prometteur.

 

Commençons par un petit album qui pourrait s’adresser aux enfants comme aux adultes…

 

Les aventuriers.

 

aventuriers

 

Les aventuriers sont quatre. Alors qu’ils se promènent dans la nuit noire au milieu d’une ville, ils se voient pénétrer dans une cabane qui comporte une machine à remonter le temps. La grande aventure commence alors !

Les voilà transportés au temps des dinosaures. Bravant tous les dangers ils finissent malheureusement par perdre l’un d’eux.

Le pauvre jeune homme se voit capturer par un ptérodactyle et disparaît subitement. C’est alors qu’on peut voir qui sont les courageux. Et il n’y en a qu’un.

Alors que les deux autres repartent dans le présent, le petit dernier part à la recherche de son pote perdu dans ces montagnes folles.

 

C’est un album très court qui se lit avec autant d’étonnement qu’il semble vouloir en procurer. On le referme en se demandant si on ne s’est pas fait avoir, puis on se rend finalement compte, après plus mûre refléxion, que l’auteur manipule extrêmement bien le non dit et les métaphores.

Des couleurs criardes, des illustrations vintage et un texte incisif. Voilà qui fait du bien !

 

Allez, on continue avec une histoire que vous connaissez tous !

 

Robin Hood.

 

robin-hood-employe-du-moi

 

Le jeune âge est-il celui de la raison ? L’amour doit-il dicter la vie ?

Retrouvez ici un robin des bois bien, bien, bien loin du traditionnel Disney. Et c’est tant mieux !

Ici Marianne est une cruelle jeune femme, Robin Hood couche pour de l’argent, le roi n’est plus bête mais bel et bien méchant, et le grand Petit Jean est une espèce d’hippie qui vit nue et a pour passion d’arroser Robin des bois dans la rivière.

Vous voyez, je vous ai pas menti. On est vraiment très loin de l’univers Disney.

Il y a du combat, il y a du sang, il y a du cul et de l’amour. Robin HOOD quitte Petit Jean pour retrouver sa belle Marianne avec qui il se voyait vivre alors qu’il était jeune.

Bien au delà du simple récit, l’auteur nous transporte dans un univers absurde qui se rapproche d’une certaine réalité contemporaine.

D’où naissent les mythes ? Les héros sont-ils vraiment des héros ?

Entre deux rires jaunes et gênants, vous aurez la lucidité de la profondeur de cette B.D.

Ce texte est d’abord paru sur internet en 2009 avant d’être publié à L’employé du Moi.

On a en prime une petite postface qui explique très bien le contexte de Robin HOOD, qui le décortique rapidement et propose une vision nouvelle de ce héros malin qui ressemble étrangement à un renard.

 

Allez, on continue l’aventure avec un autre album,

 

Le bandit au colt d’or.

 

roussin-couv

 

« Ne laissez pas son histoire (celle du bandit au colt d’or) vous émouvoir, l’homme dont ces pages racontent la vie fut en son temps un brigand redoutable et cruel. »

La première phrase résume plutôt bien le ton et l’atmosphère du livre.

Deux jeunes garçons se retrouvent orphelins suite à l’assassinat de leurs parents. Ils vont alors apprendre à vivre seuls. A s’éduquer. Jusqu’au jour où l’un d’eux va fricoter avec des malfrats et braquer des banques.

L’autre est alors recueilli par un vieil homme bourru, et leurs vies s’éloignent. Mais ils ne cessent de penser l’un à l’autre.

 

Cet album est évidement sur le rapport entre deux frères que tout semble séparer. Mais il va bien plus loin sur la nature humaine. Il prend le fond du fond des méfaits de certains choix. Et à partir de là il dépeint une histoire simple et efficace.

C’est avant tout un album sur l’identité et la pensée collective. Suffit-il de dire que quelqu’un est mort pour qu’il le soit ?

Avec des illustrations pleines pages, même double pages, Simon ROUSSIN fait vibrer le lecteur.

Le concept est simple : une illustration et un narrateur.

Seulement voilà, l’auteur met toute sa plume dans ce texte. On a l’impression qu’il se l’est répété souvent. Qu’il l’a même écrit plusieurs fois, n versions beaucoup plus longue. Puis qu’il a tout perdu et a tout abrégé.

Rien n’est en trop. Et il n’en manque pas non plus. La justesse du texte et de l’illustration montre le professionnalisme de l’auteur.

 

Allez, ne faisons pas dans le sentimentalisme et continuons plutôt avec une BD ! C’est parti pour…

 

 

Lemon JEFFERSON et la grande aventure.

 

Lemon-Jefferson-Simon-Roussin

 

Voilà un titre qui semble regrouper un peu tous les albums précédents. Et pourtant…

C’est avec une fois encore une maturité différente que l’auteur nous surprend.

Dans un mélange subtile de tragédie et de personnages semblable à ceux de Charlie SCHLINGO (tant par le texte que par la contenance), soit plutôt frôlant l’absurde et la naïveté compléte, l’auteur propose un livre une fois de plus profond.

C’est un monde où les maîtres dirigent tout. Ils sont cruels et ont pas mal de gens à sous leur joug. Ils sont immortels et ont de réelles têtes à claques.

Mais voilà, Lemon JEFFERSON, ce héros qui ne comprend pas la moitié des choses qui lui arrivent, cet être tout à fait normal qui n’a d’ailleurs pas du tout les talents d’un héros, va se retrouver confronter à des choix cruciaux. Il va devoir tuer pour vivre, il va perdre un amour et en trouver un autre, il va être tiraillé entre les sentiments et la justice.

Qu’est réellement un héros, finalement ?

 

 

 

Découvrez avec ces quatre albums un univers merveilleux et loin d’être dénué d’intérêt. Même si les illustrations (qui semblent être faites à la peinture ?!) peuvent sembler lourdes, ne prenez pas garde. Une fois plonger dans cet océan de couleurs, vous en ressortirez différemment.

C’est d’ailleurs là que se trouve le réel problème.

Il va falloir que je revoie toutes mes idéologies sur l’héroïsme.

 

1

 

 

 

Et merde.

 

 

Bibliographie : 

Les aventuriers (éditions Magnani, Mars 2012)

Robin HOOD (éditions Employé du Moi, Mars 2010)

Le bandit au colt d’or (éditions Magnani, Mars 2013)

Lemon JEFFERSON et la grande aventure (2024 Eds, Novembre 2011)

 

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :