Plus tard je serai moi, Martin PAGE

La société nous dicte-t-elle notre façon d’être et de penser ?

Grande question, à laquelle Martin PAGE répond en parti.

 

page

 

Séléna est une jeune ado qui se cherche encore. Ses journées au collége sont interminables, toujours les mêmes visages, toujours les mêmes reflexions. Mais qui est-elle vraiment ? Elle ne trouve pas la coupe de cheveux qui la caractérise, ni même les fringues à mettre pour imposer son état d’esprit sans pour autant se faire remarquer.

Vous l’aurez compris, Séléna est une solitaire. Elle a cependant une amie, Vérane, qui est en fauteuil roulant et a des parents très stricts.

Pourquoi parler des parents de Vérane ? Parce que c’est un livre sur la parentalité, et que l’auteur a choisi de confronter deux familles opposées. Ou presque.

Séléna est donc encore jeune, et elle ne sait pas ce qu’elle compte faire de sa vie. elle y a déjà réfléchi hein, ça parait évident. Mais de là à être catégorique sur son avenir, c’en est trop ! Jusqu’au jour ou…

Ses parents ont a lui parler.

Ca ne les dérange pas si elle devient artiste. Ils veulent même qu’elle soit la plus grande artiste. Ils lui promettent un avenir rempli de poésie, peinture et musique. Ils sentent qu’elle a cette fibre. et ils sont bien les seuls à le sentir.

Elle, ce qu’elle sent, c’est cette odeur de viande pourrie qu’il y a dans sa maison qui s’avère être une ancienne boucherie, et autant vous dire que ça ne la ravie pas.

Voyant que leur fille reste de marbre face à leurs cadeaux en tous genre, ils décident de lui mener la vie dure. Parce qu’après tout, tous les artistes étaient pauvres et vivaient dans le froid.

Jusqu’où iront-ils ? Dépasseront-ils cette limite invisible qu’il ne faudrait surtout pas franchir ? Et quelles en seront les conséquences si ça arrive ?

 

Avec une écriture tout à fait contemporaine et jeune, l’auteur de (notamment) « L’apiculture selon Samuel BECKETT », ou bien « La bataille contre mon lit » nous offre une fresque d’une société qui dégueule de paraitre et de superficialité.

A travers la vie de deux jeunes adolescentes il arrive à peindre certains problèmes familiaux fondamentaux dans un cadre qui se veut absurde mais se rapproche beaucoup d’une réalité certaine.

Les questions de l’éducation, de la liberté et du libre arbitre sont posées. Mais pas seulement. On y parle aussi de l’influence parental sur la vie d’un jeune. Comment agir avec des adolescents pour ne pas paraitre trop hors jeu ?

 

Un roman à lire rapidement, que vous soyez ado ou parent, que vous soyez laxiste ou sévère, que vous soyez triste ou heureux.

Devient-on artiste ou est-ce inné ? Est-ce réellement un choix que de choisir une voie plutôt qu’une autre ? Arrêtez de vous poser les questions, et filez lire ce livre qui ne répond à rien mais donne un point de vue.

 

Martin PAGE a écrit pour la jeunesse, mais aussi pour les adultes. Des romans et des essais. Et on souhaite de tout coeur le voir continuer comme ça !

 

Cette ouvrage est paru aux éditions du Rouergue dans la collection DoAdo en Mars 2013.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

One response to “Plus tard je serai moi, Martin PAGE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :