Lafcadio, le lion qui visait juste, Shel SILVERSTEIN

Au fond, qu’est-ce qui sépare l’homme de l’animal ? Le sport ? La plongée sous-marine ? L’art ? Les vacances à Cannes ?

 

47867

 

Oncle Shelby a la chance de rencontrer un lion pour le moins original, et il souhaite nous raconter son histoire.

Lafcadio vit dans la jungle. Il s’appelle d’ailleurs peut-être plutôt Ruggrrg ? Ou Grmmff ? Ca fait quand même plus lion, plus féroce !

Bref, peu importe. C’est un jeune lion bien simplet qui ne connait pas grand chose. Il aime dormir, manger et se baigner à la rivière. C’est donc tout naturellement que le jour où un chasseur arrive à grand pas, il va entamer un brin de causette avec lui. Or voilà, le chasseur n’est pas si sympathique qu’il y parait et va essayer de l’abattre. Notre ami décide alors de se défendre et va littéralement bouffer ce jeune chasseur prétentieux et s’emparer de sa longue canne en bois. De son fusil.

Quand tous les autres lions le voient arriver, ils n’en reviennent pas. Mais Lafcadio ne s’arrête pas là. Il décide d’apprendre à se servir de cette drôle d’arme. A force d’entrainement, il devient le meilleur tireur de l’ouest. Il commence à s’ennuyer. Il a appris à tirer avec la langue, la queue, les crocs, de dos, en faisant le poirier… Et il ne sait plus vraiment quoi faire de cet engin.

Tadam !!! Arrive alors un bonhomme un peu bizarre, tout d’or vêtu, qui va lui proposer d’intégrer son cirque et les soirées mondaines d’une Amérique people.

 

L’auteur a une façon bien à lui d’écrire. Et l’illustration qui accompagne le texte a tendance à le sauver d’une lassitude qui pointe le bout de son nez.

Le texte s’articule autour de jeux de mots, d’onomatopées et de calembours qui prêtent à sourire et peuvent parfois être compris à différents degrés.

Le point de vue du narrateur est intéressant et inclus le lecteur de façons parfois inattendues dans le roman. On se sent prit à parti, on se sent parfois même jugés ou juge d’une société contemporaine peut-être un peu trop superficielle.

 

C’est en gros un texte plutôt intéressant, avec une histoire qui tient en haleine mais peut avoir tendance à nous perdre si notre téléphone sonne pas bien loin. Alors coupez tout, et concentrez vous sur ce texte pour l’apprécier pleinement ! graooooouuugrr !!!

 

Ouvrage paru aux excellentes éditions Les grandes Personnes depuis Mars 2013. Destiné aux jeunes lecteurs, à partir de 9 ans, mais aussi aux plus vieux qui souhaitent retrouver un brin de folie et de présence absurde au monde.

Traduit de l’anglais.

Réédition du livre au même titre (évidement) paru aux éditions Passage piétons en 2006.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :