Le don d’Adèle, Alice de PONCHEVILLE

Adèle, c’est cette jeune adolescente qu’on aurait tous adoré avoir pour amie, malgré son don qui peut être dérangeant pour les esprits mal placés, ou juste décalés…

9782211202893FS

Je suis entré pieds joints dans ce roman. Dès la première page, scène d’anniversaire peu ordinaire, j’ai été happé par l’écriture et la poésie de l’auteure.

Adèle se voit ouvrir un paquet avec hésitation pour son anniversaire. Elle pense savoir ce qui se cache derrière ces rubans et cet emballage attendrissant qui vient de sa mère, Lucille et de son grand-père. Et elle ne se trompe pas. Ce sont des patins à roulettes, des rollers comme disent les d’jeun’s. Elle va plus avoir le choix et être obligée d’apprendre à patiner comme son amie, qui elle, est une vraie pro de la glisse.

Les voilà alors parties toutes les deux, et ce qui devait arriver, arriva. Adèle se pète la goule et l’histoire commence. Ca parait long, mais ça prend même pas une dizaine de pages dans le roman, promis. Et quand ça commence, ça ne s’arrête plus. Elle se reveille et est percutée par des voix qui viennent de partout, qui n’ont ni queue ni tête, et qu’évidement elle ne comprend pas.

Son pouvoir est en marche : elle peut désormais lire dans les pensées des gens.

Outre tout ce que cela peut avoir de dérangeant au quotidien, elle va décider, avec la complicité de Prudence, d’utiliser ce don à bon escient. C’est comme ça qu’elle va repartir sur les traces de son père décédé qu’elle n’a quasiment jamais connu et remonter son arbre généalogique afin de comprendre ce qui a cloché. Une véritable enquête est menée. Avec journaliste, police, gens bizarres, et d’autres attachants.

L’auteur a eu l’intelligence de ne pas tomber dans le vulgaire cliché des romans pour ados mélangeant mélodrame et comédie. Tout n’est pas forcèment rose, tout n’est pas forcèment beau. Avoir un don de cette qualité est une chose, savoir l’accepter en est une autre.

Et au delà des simples petites pensées innocentes que peuvent avoir les gens qu’on croise tous les jours, il y a aussi, parfois, des pensées un peu plus salaces.

Alice de PONCHEVILLE n’hésite pas à mettre les points sur les i et a entrer dans la tête masculine qui a envie de tâter un petit cul ou dans celle d’une femme qui aimerait jouir a en mourir.

Attention, on n’est quand même pas dans un roman de Christine ANGOT, n’est-ce pas… N’imaginez pas lire un SAS en ouvrant ce livre !

C’est simplement une petite poésie qui nous mène d’un point A à un point B sans nous ennuyer une seule seconde. C’est un chouette roman. Pour les adultes un peu coincés, ou pour les ados qui se cherchent et aiment lire des histoires qui peuvent les concerner. L’identification est assez simple et le roman ne peut pas ne pas marcher. Avec toutes ces négations qui créent quelque chose de très positif, je vous laisse songeur, et j’espère avec cet ouvrage ouvert à la première page !

Ah et au fait, vous vous demandez peut-être pourquoi on rêverait tous d’être pote avec Adèle ?

Le don d’Adèle est disponible à l’Ecole des Loisirs depuis Septembre 2010.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :