R.A.S Infirimière-Chef (une comédie gériartrique), Bryan Stanley JOHNSON

Vous aimez l’humour anglais ? Vous allez être servi !

 

ras

 

Une fois de plus, les éditions Quidam m’ont enchanté.

L’auteur vous fait entrer dans ce roman dans la tête de 8 personnes agées qui se trouvent dans un centre gériartrique. Evidement, chacune d’entre elles a des problèmes différents allant des hémoroïdes à l’Alzheimer. Ils vivent tous la même scène mais d’une façon différente avec deux personnes qui reviennent à tous les coups : Ivy la léche cul et l’infirmière-chef à laquelle nous avons aussi à faire, en tant que neuvième personnage qui décide de se rebeller contre l’autorit de l’auteur.

 

Avec un humour sans égal, mais aussi une cruauté acerbe, l’auteur nous offre ici un roman incomparable.

Il joue avec la mise en page, il joue avec le lecteur, il joue avec ses personnages. L’auteur est ce dieu tout puissant que nous nous contentons de suivre où il désir nous emmener. Et ici, on se laisse porter avec délice, un sourire sur les lèvres, parrfois une grimace de dégoût, parfois de la compassion.

Comment traite-t-on nos vieux ? Il ne fait pas bon vieillir entend-t-on régulièrement. JOHNSON vous prouve que cette phrase n’est pas anodine.

Préférez-vous vieillir ou mourir immédiatement ?

La vieillesse, c’est comme une seconde jeunesse entend-t-on aussi. Avec quelques scènes interdites aux mineurs, vous verrez que les personnes d’un certain âge ne se refusent rien.

 

Laissez-vous porter, même Samuel BECKETT conseil fortement cet auteur. Vous hésitez encore, vraiment ?

Alors chantons une petite chanson !

 

Oh ! Les plaisirs de la vie sont grands

A quatre-vingt comme à cent ans

Avec entrain restons toujours

Et acclamons ce nouveau jour

Abandonnons avenir, passé

L’important c’est notre liberté

Oh ! Les plaisirs de la vie sont grands

A quatre-vingt comme à cent ans

Mais oui, mais oui, c’est important

Jusqu’à la fin restons vivants

Laissons nuages à l’horizon,

Espoir et foi en Lui gardons

Car Il est source de sagesse et joie

Oh, quelle chance d’être encore là !

Mais oui, mais oui, c’est important

Jusqu’à la fin restons vivants.

Maintenant, imaginez comment cette chanson peut être transformée selon les maux de chacun… Et découvrez l’originale sans plus attendre !!!

 

Ouvrage disponible aux éditions Quidam depuis Janvier 2003.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :