Lunerr, Frdéric FARAGORN

Bon, comme vous l’avez sans doute déjà constaté, la SF n’est pas mon fort. Et pourtant, j’ai lu cet ouvrage…

 

lunerr

 

Lunerr c’est un jeune petit bonhomme qui vit sur une île (Kérael, la cité des anges) entourée du désert avec sa famille, ses amis, et toutce qui l’entoure.

Seulement voilà, cette île représente le monde. Los Angeles a bien changé. La sécheresse fait des dégâts, il est difficile de boireà sa guise, et il est certains mots interdit de prononcer (Voldemort ne fait pas parti de cette liste. Nous n’en connaissons d’ailleurs qu’un).

Au milieu de ce désert, ce sont les drouiz (les religieux) qui ménent la barque. Et autant dire qu’ils ne sont pas commodes !!! Ils lancent des incantations à l’attention des aëls afin que ceux=ci protégent la cité.

Mais voilà, comme toute bonne histoire, il nous faut un point de départ. Et il ne tarde pas à arriver ! Notre cher Lunerr, né un soir de pleine lune (d’où son nom), va prononcer le mot Ailleurs en pleine face de son prof. Quelles ne seront pas les réprimandes… Le voilà banni de l’école, il est montré du doigt, chatié, et sa mére perd son emploi ainsi que ses amies. Mais comment revenir en arrière et tout effacer ? C’est absolument me direz vous ! Et vous aurez raison. L’auteur a choisi un angle un peu plus particulier !

Alors qu’ils sont montr du doigt, Lunerr et sa mère vont faire une rencontre qui va changer leur destin. Le plus vieux habitant, qui est à Kerael depuis maintenant environ 300 ans, et qui est ausi le plus riche, va faire appel à la petite famille pour remplir des tâches ménagéres chez lui. Mais voilà, il a une idée derrière la tête…

C’est ici un roman qui se lit assez simplement malgré quelques faiblesses sur certains passages au niveau du style et du vocabulaire. L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, comme on dit, et ne vaut pas forcèment le détour.

Malgré un début un peu mou et peu prometteur, le romancier sait nous tenir un peu plus en haleine à partir du milieu du livre. Et ça fait du bien, on se sent un peu moins berné  !

Les personnages ne sont pas forcèment attachants, malgré la possibilité d’un attachement tellement leurs vies peuvent ressembler à la notres où en tous cas à l’imagination des enfants.

C’est là que se trouve la clé du problème : cet ouvrage marcherait au top pour des jeunes enfants, mais il est destiné aux pré-ados / ados, et face à la multitude de bonnes lectures, il leur sera difficile d’aller vers ce genre d’ouvrage, malgré des thèmes variés qui pourraient les toucher comme l’indépendance, la révolution ou simplement la rebellion.

Alors que faire ? Que dire ? Ne subissez pas la morale dictatorielle de la religion ! Aha, c’est bien faible comme fin de chronique. Mais il faudra vous en contenter.

Lunerr est né aux éditions de l’Ecole des Loisirs en Septembre 2012.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :