Barbe bleue, Amélie NOTHOMB

C’est un roman très étrange que celui d’Amélie NOTHOMB cette année.
Voilà plusieurs années que ne l’avais pas lu, je le conçois, et je me souviens aussi pourquoi.

Image

C’est l’histoire d’un aristocrate Espagnol, don Elemirio, qui vit seul depuis 20 ans et ne sort plus de chez lui. Pour satisfaire son besoin de contact féminin, il organise des « rencontres » afin de choisir celle qui sera sa colocataire.
Huit sont passées par là, nous suivons l’histoire de la neuvième.
Il y a cependant un mystère qui court autour de cet homme, et c’est pour cela qu’il est très convoité; les huit femmes précédentes sont portées disparues. Où ont-elles bien pu passer? Que leur est-il arrivé, si tant est qu’il leur soit arrivé quelque chose ?
Saturnine, la nouvelle colocataire, va apprendre à se méfier de l’homme qui a une pièce noire dans son hôtel particulier. Cette pièce noire est ouverte, mais si elle y accède, elle sera réprimandé. Que sous-entend-il par là ?
LA femme va alors usé de différents stratèges pour découvrir certains secret et ne surtout pas tombée amoureuse du gentleman Espagnol qui est fou d’elle dés le premier regard.

C’est une écriture redondante que nous propose ici Amélie NOTHOMB. Quel dommage ! Le roman commence plutôt bien. Saturnine fait la queue et attend de rencontrer l’espagnol pour savoir si elle aura ou non cet appartement de 40m carrés qui s’élève à une somme modique en plein Paris. On découvre alors l’existence de Corinne, son amie, avec qui elle partageait un petit studio jusque là.
Corinne apparait à plusieurs reprise et redonne un souffle au roman qui est lent et répétitif.
L’amour, l’art, la religion… Tant de thème lus et relus, sous mille facettes, qui sont traités ici de manières stéréotypés et sans réelle profondeur.

L’auteur essaiera pourtant de noyer le poisson derrière quelques phrases bien construites, par ci par là, qui redonne un peu d’espoir.

Le sujet pourrait valoir le coup, il aurait peut-être fallu retarder un peu la sortie du livre dans les librairies pour que ce soit meilleurs.
Quoi qu’il en soit, c’est un livre lu rapidement, simple, avec tout de même une enquête parfois intéressante par de petites reflexions, mais bien loin d’un roman noir ou policier.

 

Disponible chez Albin Michel en version papier ou audio (Audiolib).

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :