Peste soit de l’horoscope (et autres poèmes), Samuel BECKETT

René DESCARTES maintenait secrète la date de sa naissance pour qu’aucun astrologue ne puisse établir son thème astral, nous confie Samuel BECKETT.
C’est de ce sujet que parle son principal poème, armé de 98 vers, qu’il a écrit pour un concours à l’âge de vingt quatre ans.
Concours qu’il a par ailleurs remporté.

Image

Ce poème a été établi sur la règle qu’il ne fallait pas dépasser les 100 vers. Pari réussi pour notre maître irlandais de l’absurde.
Il a choisi Descartes pour thème et nous a pondu un texte à sa façon. Toujours lugubre, assez biographique et sur le sujet d’un œuf qui reliait DESCARTES à la vie.
Le poème a été déposé dans la boite aux lettres du jury le soir même.

La traductrice, Edith FOURNIER, qui annote également le texte en plus des annotations Becketiennes, connait très bien son sujet et a réussi a rendre la poésie compréhensive malgré la barrière de la langue.

Ce poème de Samuel BECKETT nous montre une écriture dans la hâte et la précipitation, et une fois de plus, il nous emballe.

Livre papier disponible depuis le 8/11/12 aux éditions de Minuit.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :