14, Jean ECHENOZ

Voici un livre très court qui se lit d’une traite.

Image

J’étais parti pour en lire quelques chapitres avant de dormir, mais pris non par l’histoire, mais plutôt par la prose magnifique de Jean ECHENOZ, je n’ai pu m’empêcher de le terminer dans la foulée.
Un livre sur la grande guerre. Un livre sur une amitié, une fraternité, un amour, et la grande guerre.

Cinq amis partent en soldats pour une guerre a laquelle ils ne croient pas du tout. Jusqu’aux premier obus, jusqu’aux premiers coups de feu. Et encore… Même là, tout parait complètement cartonné, complètement faux.
Et pourtant, à travers une douce écriture qu’est celle d’ECHECHENOZ, la terreur s’empare de nous. Une pointe d’humour glacial de temps en temps revigore un peu le lecteur, et surtout des rebondissements, notamment au niveau des liens entre les personnages, ou simplement des questions comme « tiens, celui-ci, qu’est-ce qu’il est devenu? ».
Sans oublier Blanche, civile parce que femme, qui va adoucir un peu le roman tout en étant très froide.

Plongez dans une lecture affreuse avec l’assurance de passer un moment tendrement poétique. Vous pouvez faire confiance à l’auteur les yeux fermés. Et je vous le conseil fortement.

 

Disponible aux éditions de Minuit en livre papier.

Publicités

À propos de Antoine

Libraire dans l’Isère. Voir tous les articles par Antoine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :